L’aquarelle apporte une vibration à un dessin, du mouvement dans une peinture, de la vie à des éléments figés. L’allemand Martin Dammann l’utilise parfaitement sur ses toiles qui recèlent une grande force. Le peintre collectionne les photos des deux Guerres mondiales prises par des soldats de France, d’Angleterre ou d’Allemagne pendant leurs loisirs ou leurs moments passés en famille. Il reproduit ces clichés de scènes inhabituelles où des soldats sont tantôt travestis, tantôt jouent avec leurs enfants. Ces moments, loin des conflits, rendent leur humanité à des êtres qui doivent parfois l’oublier sur le front. Tels des négatifs ne gardant que l’essentiel, ces peintures capturent l’énergie des protagonistes et de leur environnement ; elles captent la part invisible que l’on ne voyait pas sur les photos. L’artiste, qui a séjourné dans des lieux où ces clichés ont été pris, déclare : “Une partie de leur quotidien m’est familière, et ce partage me plonge à la fois dans leur époque et dans un lieu intemporel. Je m’efforce de communiquer ma réaction émotionnelle à travers l’utilisation intuitive de la couleur.”

P.M.


Watercolor gives a vibration to a drawing, a movement in a painting, life in fixed elements. The German Martin Dammann uses it perfectly in his paintings that have a great force. The artist collects pictures of the two World Wars taken by soldiers from France, England or Germany during their leisure or their family time. He reproduces these pictures of unusual scenes where soldiers are sometimes disguised, sometimes play with their children. These moments away from conflicts, give back their humanity to beings who must sometimes forget it on the battle front. Like negatives keeping only the essential, these paintings capture the energy of the protagonists and their environment; they capture the invisible part that we did not see on the pictures. The artist, who stayed in places where these pictures were taken, states: “I know something they know, and this exchange draws me both into their time, and into a timeless place. I try to convey my emotional response through the intuitive use of colour. “

P.M.

Entre néo-impressionnisme et surréalisme pop, les peintures de l’Espagnol Paco Pomet se basent sur de vieilles photographies. L’artiste explore des époques de flâneries absolues, de conquêtes technologiques, d’explorations de terres perdues ou de révolutions industrielles. Souvent dans ses toiles, l’homme devient la proie de ses expérimentations, le sujet principal de la photo d’origine devient secondaire, le scientifique est façonné par sa création et la Nature prend la place de l’homme sous les traits d’animaux en costumes ou même de palmiers conduisant une décapotable. “Je tente de déstabiliser et de modifier l’ordre des éléments qui configurent la structure de la scène dans chaque peinture, afin que l’image résultante propose un nouvel ordre visuel.” Des situations déroutantes, à contre-pied qui ont particulièrement séduit Banksy qui a sélectionné des oeuvres de l’artiste pour son parc Dismaland.

P.M.


Between neo-impressionism and pop surrealism, the paintings of the Spanish Paco Pomet are based on old photographs. The artist explores times of absolute idleness, technological conquest, exploration of lost land or industrial revolutions. Often in his paintings, man becomes the prey of his experiments, the main subject of the original photo becomes secondary, scientific is shaped by its creation and Nature takes the place of humans in as animal in costumes or even as palm trees driving a convertible. “I try to destabilize and alter the order of the elements that configure the structure of the scene in each painting, so the resulting image proposes a new visual order.” The confusing or off balanced situations have been particularly noticed by Banksy who selected the artist’s works for his Dismaland park.

P.M.