George Condo est un artiste américain né en 1957 et connu pour sa gamme de portraits largement inspirés par le cubisme, le surréalisme et les tableaux de maîtres anciens.

Habile dessinateur  depuis l’âge de 4 ans, il étudie la théorie de la musique et l’histoire de l’art. A travers ses lectures et ses études sur John Cage, Arnold Schoenberg … il identifie les liens entre la philosophie, la musique et la peinture. Le dialogue entre ces différentes langues définit l’art pour George Condo. Après quelques années d’études, il décide de quitter l’université pour devenir peintre.


George Condo is an American artist born in 1957 known for his range of portraits vastly inspired by cubism, surrealism and old masters paintings.

Skilled drawer since the age of 4 he studied music theory and art history. Through his readings and studies of John Cage, Arnold Schoenberg… he identified the connections between philosophy, music and painting. The dialogue between those different languages defines art for George Condo. After a couples of years studying, he decides to quit college to become a painter.

Entre néo-impressionnisme et surréalisme pop, les peintures de l’Espagnol Paco Pomet se basent sur de vieilles photographies. L’artiste explore des époques de flâneries absolues, de conquêtes technologiques, d’explorations de terres perdues ou de révolutions industrielles. Souvent dans ses toiles, l’homme devient la proie de ses expérimentations, le sujet principal de la photo d’origine devient secondaire, le scientifique est façonné par sa création et la Nature prend la place de l’homme sous les traits d’animaux en costumes ou même de palmiers conduisant une décapotable. “Je tente de déstabiliser et de modifier l’ordre des éléments qui configurent la structure de la scène dans chaque peinture, afin que l’image résultante propose un nouvel ordre visuel.” Des situations déroutantes, à contre-pied qui ont particulièrement séduit Banksy qui a sélectionné des oeuvres de l’artiste pour son parc Dismaland.

P.M.


Between neo-impressionism and pop surrealism, the paintings of the Spanish Paco Pomet are based on old photographs. The artist explores times of absolute idleness, technological conquest, exploration of lost land or industrial revolutions. Often in his paintings, man becomes the prey of his experiments, the main subject of the original photo becomes secondary, scientific is shaped by its creation and Nature takes the place of humans in as animal in costumes or even as palm trees driving a convertible. “I try to destabilize and alter the order of the elements that configure the structure of the scene in each painting, so the resulting image proposes a new visual order.” The confusing or off balanced situations have been particularly noticed by Banksy who selected the artist’s works for his Dismaland park.

P.M.

Les femmes fatales peintes par le Canadien Troy Brooks sortent tout droit d’un film noir au scénario énigmatique. Anamorphosées avec des visages très allongés, elles inquiètent par cette quasi-monstruosité et leur regard dérangé à la manière des modèles de John Currin ou de l’expressionniste allemand Otto Dix. Troy Brooks revendique le côté kitsch et frontal de son travail et son appartenance au Surréalisme Pop :

« Si vous aimez les allégories, le Surréalisme Pop est un peu comme le jeune bâtard flashy, illégitime et lourdement tatoué conçu pendant une grande et folle orgie de mouvements artistiques, qui débarquerait bourré à une garden party de country club. On ne parle pas ici d’un bateau pastel, flottant près d’un quai beige, ni d’un crucifix en plastique immergé dans un verre de pipi. Ceci est une nouvelle souche d’un art à la technique précise, à la fois moderne et classique, dans le sens où elle est créée par une nouvelle espèce d’artistes inspirés par un très large champ d’influences sur plusieurs siècles. Ils ont développé une sorte d’hyper-sophistication visuelle après avoir été exposés toutes leurs vies à une infinité de styles par les médias et la pop culture. »

P.M.


The « Femmes Fatales » painted by the Canadian Troy Brooks come straight out of a film noir with an enigmatic scenario. Slightly distorted with their very long faces, they almost worried by their slight monstrosity and their disturbed look like the models of John Currin or German expressionist Otto Dix. Unapologetic, Troy Brooks asserts the kitsch and the boldness of his work and his membership of the Pop Surrealism :

« If you like allegories, Pop Surrealism is sort of like the young, flashy, heavily tattooed illegitimate bastard from a big crazy art movement orgy that crashes the country club garden party, drunk. It’s not a pastel boat floating by a beige dock, and it’s not a plastic crucifix submerged in a glass of pee. This is a new strain of technique-heavy art that is simultaneously modern and classic, in the sense that it’s made by a new breed of artists taking from a very broad scope of centuries worth of influences.This new breed has developed a kind of hyper-visual sophistication from being exposed to endless styles of media and pop culture their entire lives. »

P.M.