Troy Brooks

Les femmes fatales peintes par le Canadien Troy Brooks sortent tout droit d’un film noir au scénario énigmatique. Anamorphosées avec des visages très allongés, elles inquiètent par cette quasi-monstruosité et leur regard dérangé à la manière des modèles de John Currin ou de l’expressionniste allemand Otto Dix. Troy Brooks revendique le côté kitsch et frontal de son travail et son appartenance au Surréalisme Pop :

« Si vous aimez les allégories, le Surréalisme Pop est un peu comme le jeune bâtard flashy, illégitime et lourdement tatoué conçu pendant une grande et folle orgie de mouvements artistiques, qui débarquerait bourré à une garden party de country club. On ne parle pas ici d’un bateau pastel, flottant près d’un quai beige, ni d’un crucifix en plastique immergé dans un verre de pipi. Ceci est une nouvelle souche d’un art à la technique précise, à la fois moderne et classique, dans le sens où elle est créée par une nouvelle espèce d’artistes inspirés par un très large champ d’influences sur plusieurs siècles. Ils ont développé une sorte d’hyper-sophistication visuelle après avoir été exposés toutes leurs vies à une infinité de styles par les médias et la pop culture. »

P.M.


The « Femmes Fatales » painted by the Canadian Troy Brooks come straight out of a film noir with an enigmatic scenario. Slightly distorted with their very long faces, they almost worried by their slight monstrosity and their disturbed look like the models of John Currin or German expressionist Otto Dix. Unapologetic, Troy Brooks asserts the kitsch and the boldness of his work and his membership of the Pop Surrealism :

« If you like allegories, Pop Surrealism is sort of like the young, flashy, heavily tattooed illegitimate bastard from a big crazy art movement orgy that crashes the country club garden party, drunk. It’s not a pastel boat floating by a beige dock, and it’s not a plastic crucifix submerged in a glass of pee. This is a new strain of technique-heavy art that is simultaneously modern and classic, in the sense that it’s made by a new breed of artists taking from a very broad scope of centuries worth of influences.This new breed has developed a kind of hyper-visual sophistication from being exposed to endless styles of media and pop culture their entire lives. »

P.M.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s